Manger sucré, sans avoir à se préoccuper des calories.  C’est tentant, non? Ça semble quasiment trop beau pour être vrai…

Et, selon les dernières études, c’est justement trop beau pour être vrai! Il semblerait que la gestion du poids ne se réduise pas qu’à une simple question de calories, même les édulcorants sans calorie semblent avoir des effets sur notre corps.

Pour y voir plus clair, je vous propose qu’on fasse le tour des dernières études scientifiques qui se sont attardées aux effets des édulcorants sur notre poids corporel. Puis, je vous proposerai des astuces pour réduire votre consommation de sucre sans vous priver, ni avoir recours aux édulcorants.

Les édulcorants: Sans calorie, vraiment?

artificial-sweeteners

Évidemment, si l’emballage d’un produit avec édulcorant dit qu’il n’a pas de calories, c’est vrai. Par contre et contrairement à ce que l’on a longtemps pensé, les dernières études (voir références en bas de page) suggèrent que ce n’est pas parce qu’un produit ne contient pas de calories qu’il est bon pour votre ligne, bien au contraire!

En effet, les édulcorants auraient un effet sur les différentes voies métaboliques dans le corps. Ainsi, les études disent que si on crée un déséquilibre entre le goût sucré et un apport en calories, le corps aurait tendance à vouloir rééquilibrer ce manque de calories et nous encouragerait à manger plus via l’activation de l’appétit.

Prenons un exemple concret. Vous buvez une boisson gazeuse avec édulcorant. Votre organisme perçoit le goût sucré et s’attend donc à recevoir des calories provenant du sucre. Mais, comme le sucre a été remplacé par des édulcorants, même si la boisson est sucrée au goût, elle n’apporte aucune calorie à votre organisme. Pour combler ce déséquilibre entre le goût et l’apport calorique, votre corps va réagir en augmentant votre appétit et donc en vous incitant à manger plus aux repas suivants pour aller chercher les calories qu’il n’a pas eu dans la boisson!

Vous allez peut-être me demander, est-ce que ces études ont été faites sur des humains?, avec des populations suffisamment grandes?… Malheureusement non. Sans vouloir entrer dans les questions éthiques, les études de ce type sur les humains ne sont pas faciles à faire. Nous devons donc nous tourner la plupart du temps vers des études faites sur les mouches à fruits (oui oui, vous avez bien lu) ou sur les souris.

Alors, on fait quoi?

Sans études sur les humains qui nous confirment ces comportements, c’est difficile de dire s’il faut ou non éviter à tout prix les édulcorants. Néanmoins, si vous avez l’habitude de remplacer le sucre par différents édulcorants partout dans votre alimentation, il serait peut-être mieux de revoir vos habitudes.

Voici quelques solutions pour réduire votre consommation de sucre:

  • Il va sans dire que la première chose à faire est de réduire le plus possible (voire éliminer complètement) votre consommation de boissons gazeuses et d’autres produits sucrés.
  • Dans vos desserts, réduisez la quantité de sucre d’un quart. Ça ne fera pas une grande différence sur le goût… et vous consommerez quand même 25% moins de sucre!
  • Au lieu de prendre un yogourt aromatisé (qui contient souvent  des sucres ajoutés ou des édulcorants), prenez moitié yogourt nature, moitié yogourt aromatisé. Meilleur encore, mélangez une petite quantité de purée de pommes non sucrée à votre yogourt nature!
  • Cuisinez à la maison. Vous pourriez être surpris de la quantité de sucres ajoutés dans les plats au restaurant et dans les produits transformés. En cuisinant à la maison, vous contrôlez la quantité de sucre qui se retrouve dans votre assiette et dans votre corps.

Au risque de me répéter, la meilleure chose à faire dans ce cas-ci n’est pas de remplacer le sucre par un édulcorant, mais bien de diminuer votre consommation de sucre!

Auteur :

Jef L’Ecuyer nutritionniste à SOScuisine.com

 


Références

  • Bellisle, F. (2015). Intense Sweeteners, Appetite for the Sweet Taste, and Relationship to Weight Management. Current Obesity Reports, 4(1), 106–110. http://doi.org/10.1007/s13679-014-0133-8
  • Gardner, C. (février 2014). Non-nutritive Sweeteners: evidence for benefit vs risk. Curr Opin Lipidol.; 25(1):80-4. doi: 10.1097/MOL.0000000000000034.
  • King, NA., Appleton, K., Rogers, PJ. et Blundell, JE. (avril 1999). Effects of sweetness and energy in drinks on food intake following exercise. Physiol Behav.; 66(2):375-9. http://dx.doi.org/10.1016/S0031-9384(98)00280-7
  • Mattes, R. D., & Popkin, B. M. (2009). Nonnutritive sweetener consumption in humans: effects on appetite and food intake and their putative mechanisms. The American Journal of Clinical Nutrition, 89(1), 1–14. http://doi.org/10.3945/ajcn.2008.26792
  • Nettleon, JA. et al. (Avril 2009). Diet Soda Intake and Risk of Incident Metabolic Syndrome and Type 2 Diabetes in the Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis. Diabetes Care; 32(4): 688-694. https://doi.org/10.2337/dc08-1799
  • Raben, A., Vasilaras, TH., Moller, AC. et Astrup, A. (Octobre 2002). Sucrose compared with artificial sweeteners: different effets on ad libitum food inteake and body weight adter 10 wk of supplementation in overweight subjects. Am J Clin Nutr; 76(4):721-9. Tiré de: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12324283
  • Roberts, JR. (janvier 2015). The paradox of artificial sweeteners in managing obesity. Curr Gastroenterol Rep.; 17(1):423. doi: 10.1007/s11894-014-0423-z.
  • Wang, QP. et al. (12 juillet 2016). Sucralose Promotes Food Intake through NPY and a Neuronal Fasting Response. Cell Metab;24(1):75-90. doi: 10.1016/j.cmet.2016.06.010.