Les nouvelles habitudes

Lors d’un changement alimentaire, il est primordiale de prendre directement de bonnes habitudes :

voici toute une série d’habitudes interessante a prendre :

La “diet attitude”

Pour être sûre de la stabilité de mon poids, je suis la « diet attitude ». C’est-à-dire que je ne mange ni trop gras (1 c. à soupe d’huile par repas), ni trop salé (j’utilise des herbes et épices pour relever

le goût), ni trop sucré (en privilégiant laitages natures, en appréciant la saveur d’un bon café noir, etc.). Si certains jours sont moins équilibrés que d’autres sur le plan alimentaire, c’est normal et c’est même tant mieux, cela prouve que je mange de façon variée. Je m’organise et j’accepte mes erreurs pour progresser. La « diet attitude » s’acquiert avec le temps, personne ne change ses mauvaises habitudes du jour au lendemain.

Repas à heures fixes

Il me faut structurer convenablement mon alimentation au cours de la journée pour éviter les prises de nourriture aléatoires et l’envie de snack. Ces tentations mènent souvent au grignotage et à un apport calorique journalier explosif. Une exception cependant, en cas de grasse matinée : soit je prends un petit déjeuner léger (un yaourt et une tranche de pain beurré), soit je décale l’horaire des repas de la journée (petit déjeuner à 11h, déjeuner à 14h, et dîner à 20h).

Bien mâcher

Cela m’incite à déguster les aliments et à mieux les apprécier. Surtout, cela permet à mon cerveau de prendre en compte le seuil de satiété (le fait d’être rassasié) qui se manifeste seulement au bout d’une vingtaine de minutes. Plus je mange vite, moins je me sens repu et plus j’ai de chances de ressentir une fringale quelques heures après le repas. En outre, le fait de manger trop vite me fait absorber une quantité de nourriture supérieure à mes besoins. Lorsqu‘un plat me semble moins goûteux, cela signifie que la sensation de rassasiement est déjà là !

La satiété

La satiété apparaît au bout de 20 à 30 minutes à partir du moment où je commence à manger, cela explique que je doive essayer de manger lentement. La satiété est un juste milieu entre la disparition de la faim et la sensation d’être bien repus. Lorsque la satiété apparaît, les aliments, même ceux qui d’ordinaire me font saliver, ne me font plus envie. Pour que je me rende compte de ces phénomènes, il est important que je sois au calme, à l’écoute de mon corps, que je mâche bien et que je mange sans précipitation. Une fois découverte la satiété s’accompagne toujours d’une perte de poids conséquente et durable.

Au supermarché

J’évite de partir faire mes courses alors que je suis à jeun, car je risque d’être tentée d’acheter plus que nécessaire. Je prépare une liste de courses pour ne pas craquer sur des aliments qui me tentent mais sont franchement superflus et dispensables. Sur ma liste, les aliments sont classé par rayon, afin de gagner du temps dans le magasin et éviter les zones dangereuses, le rayon des gâteaux, confiseries et biscuits apéritifs. J’évite les zones dangereuses, le rayon des gâteaux, confiseries et biscuits apéritifs. Je revois ainsi progressivement mes habitudes d’achats et la fréquence des courses.

Liste de courses

Pour résister aux tentations, avant de partir au supermarché, j’imprime la liste de courses des aliments et produits dont j’ai vraiment besoin ou je l’emmène sur mon téléphone portable. Au magasin, je m’en tiens à cette liste et je ne traverse pas les rayons qui ne me concernent pas. Pour être sûr(e) de ne pas être tenté(e), je vais faire mes courses en dehors des heures de repas, lorsque je n’ai pas faim ou après avoir mangé. Je pourrai ainsi maîtriser mes achats et serai plus disponible pour gérer mon budget et même faire de bonnes affaires.

Ne jamais se resservir

A table, lorsque j’ai faim, je dois me servir une assiette copieuse contenant au moins un tiers de légumes, une source de protéines (viande ou équivalent), une part de féculents (pâtes, pommes de terre, riz, pain…) et un peu de matières grasses. Mais je prends la bonne habitude de ne pas me resservir une seconde assiette : cela ne serait que pure gourmandise et se verrait probablement sur la balance. Si j’ai encore un creux, je croque un fruit et je bois plus d’eau pour me remplir l’estomac. Si rien ne calme ma faim, je prends un aliment supplémentaire mais je devrais manger ”léger” au repas suivant.

 

source : www.actinutriton.com – Arnaud Gobin

16996367_1585578358122178_9151885773446982628_n images-3 Bannière_PNG_ARNAUDG